LES ENTRETIENS DE VIA 9
RETOUR AU SOMMAIRE


Entretien avec MICHEL SEBASTIEN

Chargé d'Etudes Environnementales

 

Mardi 21 Avril 2009, au Conseil Général de l'Ariège.

9 heures. Nous arrivons sous une pluie battante. Manifestement, au Conseil Général où il est Chargé d'Etudes Environnementales, Michel Sebastien connait tout le monde, et, bien sûr, tout le monde, ici, connait ce brillant universitaire géographe, qui se définit comme un "Pyrénéiste, amoureux de la montagne et de l'Ariège". Il préfère être présenté comme un "écologue" plutôt que comme un "écologiste", car les écologistes, dit-il, sont trop nombreux à être "systématiquement contre tout ce qui est pour et pour tout ce qui est contre"!
Inlassable inventeur de l'avenir d'un département dont il connait parfaitement le passé et le présent, spécialiste de l'eau et du climat, Michel Sebastien nous a parlé de l'urgence du désenclavement et de l'impérieuse nécessité de porter son regard vers le sud, en des termes qui, parfois, décoiffent d'une façon tellement salutaire...

MORCEAUX CHOISIS:

"L'homme a toujours aménagé son territoire: nous avons la responsabilité de l'aménager et de le ménager"

"Les camions de demain seront propres et ils accentueront le flux économique dont nous avons besoin: on ne peut pas vivre que d'air pur."

Au sujet des opposants à l'aménagement de l'E9:
"Ce n'est pas parce qu'on crie beaucoup qu'on est puissant; c'est même souvent le contraire."

Ecouter l'entretien. Durée: 30 minutes

 

 

 

 

 

 

 

 


Entretien avec AUGUSTIN BONREPAUX

Président du Conseil Général de l'Ariège

 

Entretien enregistré le Lundi 11 Mai 2009.

M. Augustin Bonrepaux joue, depuis les années 1980, un rôle décisif dans l'indispensable désenclavement du département de l'Ariège. Il a amené la voie rapide gratuite de Pamiers jusqu'à Tarascon; il a fait aboutir le percement du tunnel de Puymorens, puis l'autoroute A66 de Pamiers jusqu'à sa jonction avec l'A 61. Comme il le dit lui-même dans cet entretien, le tunnel de Puymorens sans un accès routier approprié ne peut pas jouer pleinement son rôle. L'achèvement de l'E9 est donc devenu son combat pour la prochaine décennie. Pragmatique, il prend acte du fait que l'Etat ne peut plus financer de telles infrastructures,
et il n'écarte aucune des solutions qui permettraient d'aboutir dans des délais acceptables: participation conséquente de la Communauté Européenne, concession. Augustin Bonrepaux croit à l'ouverture de l'Ariège sur la Catalogne et il fera preuve de la patiente obstination que nous lui connaissons.

MORCEAUX CHOISIS:

"Quand j'entends dire: stop autoroute, il n'est pas question, et aucun responsable ne l'a envisagé, de faire passer une 2 x 2 voies après Ax-les-Thermes, sauf à engager des coûts faramineux, parce que ça nécessiterait de passer presque constamment en tunnel si on ne veut pas pénaliser l'environnement"

"N'importe quel élève du CM2 peut comprendre que, quand on a un tunnel hélicoïdal et une forte pente, on ne peut pas faire passer des camions sur le train:
ça c'est des foutaises"

"Il y a une possibilité de financement public qui ne dépend pas de nous mais qui peut, peut-être, se réaliser. S'il fallait faire une concession, il faudra que les habitants puissent circuler gratuitement avec 2 possibilités: soit une route publique entre Tarascon et Puigcerda, soit la possibilité d'utiliser la concession gratuitement. On voit bien qu'à Toulouse la partie Est du périphérique est gratuite pour les Toulousains et payante pour le transit. Je ne vois pas pourquoi ce ne serait pas possible chez nous."

Ecouter l'entretien. Durée: 21 minutes


Entretien avec DANIEL RAYNAL

Directeur Général de la Chambre de Commerce et d'Industrie de l'Ariège,

et NICOLAS COUVREUR

Responsable du service "Etudes, Aménagement, Communication" de la CCI.

 

Entretien enregistré le 7 Octobre 2009.

MORCEAUX CHOISIS:

"Toulouse s'est toujours tourné vers le Nord pour son développement; et Barcelone
a peu de relations avec Midi-Pyrénées. Donc, ça a du sens de créer un lien beaucoup
plus direct entre les deux grandes capitales de Midi-Pyrénées et de la Catalogne Espagnole.
Mais s'il s'agissait de créer une noria de camions qui partent de Barcelone pour arriver à
Toulouse plus rapidement, cela n'aurait strictement aucun sens: on ne fait pas du
développement économique sans faire du développement social, et sans faire du
développement durable, c'est à dire écologique. Il faut donc structurer les territoires
intermédiaires."

Daniel Raynal.

Ecouter l'entretien. Durée: 21 minutes

 

Entretiens audio